Sticky
23 Avr 2019

CADCO-actualité-céréales, le C10

Réseau « maladie en escourgeon »

A la veille de ce weekend de Pâques, la majorité des parcelles …

Réseau « maladie en froment »

Le temps sec et chaud de la semaine écoulée a favorisé …

Point phytotechnique en froment, escourgeon, orges et avoine

Avec les températures que nous avons connues la semaine passée, …

Adaptation de la liste des jets anti-dérives

Obligation d’utiliser un matériel d’application qui réduit la dérive de minimum 50%. …

Pour lire la suite : Consultez l’avertissement complet sur notre Site Internet => CADCO

=> Pour recevoir dès après rédaction nos avertissements (gratuit pour les agriculteurs) : inscription ici

Le prochain avertissement est prévu pour au plus tard le 30 avril.

Sticky
12 Mar 2019

CADCO-actualité-céréales, le C04

Points phytolicence

Comment se connecter à son compte ligne ? …

Nouvelle saison : rappels et premiers constats en escourgeon

Comme présenté dans l’édition du Livre Blanc des Céréales de février dernier, la protection des cultures doit être raisonnée en fonction de la pression des . …

Reliquats de sortie hiver

Ci-après le lien vers les résultats de profils azotés de Protecteau  …

Utilisation de semences traitées

Lors du semis de semences traitées avec un produit phytopharmaceutique, …

Non renouvellement du flurtamone et du quinoxyfen

Suite à l’évaluation de la demande de renouvellement européenne des substances actives flurtamone et du quinoxyfen celles-ci n’ont pas été renouvelées …

Pour lire la suite : Consultez l’avertissement complet sur notre Site Internet => CADCO

=> Pour recevoir dès après rédaction nos avertissements (gratuit pour les agriculteurs) : inscription ici

Le prochain avertissement est prévu pour au plus tard le 19 mars.

Sticky
05 Mar 2019

CADCO-actualité-céréales, le C03

Jaunisse nanisante : constat de sortie d’hiver

Les dernières observations confirment la tendance : quasi tous les champs de céréales sont actuellement débarrassés des pucerons. …

Orge de printemps

L’orge de printemps peut être semée à condition que la terre soit bien ressuyée. …

Azote : quantités maximales épandables ; calcul du complément minéral

Sur terre arable : La quantité moyenne d’azote organique applicable …

Enquête sur la gestion des adventices en froment d’hiver

en 2019 : ALISTER (30/09) ; ATLANTIS WG (30/09) ; …

Stade phénologique et fertilisation azotée

Vous cultivez du froment d’hiver en système conventionnel ou biologique ?

Vos pratiques de désherbage nous intéressent …

Pour lire la suite : Consultez l’avertissement complet sur notre Site Internet => CADCO

=> Pour recevoir dès après rédaction nos avertissements (gratuit pour les agriculteurs) : inscription ici

Le prochain avertissement est prévu pour au plus tard le 12 mars.

Sticky
20 Mar 2018

CADCO-actualité-céréales, le C02

Jaunisse nanisante de l’orge : constat sortie d’hiver

L’hiver, d’abord marqué par de fortes pluies battantes, et ensuite  …

Désherbage printanier

Avant tout traitement, il est indispensable de vérifier l’état de la culture et d’identifier les adventices en présence …

Actualisation des listes des produits autorisés en céréales

Vous trouverez les listes des produits autorisés en céréales réalisées à partir des données du Phytoweb, dont récemment remis à jour : les traitements herbicides, …  ici

Pour la suite : Consultez l’avertissement complet sur notre Site Internet => CADCO

=> Pour recevoir dès après rédaction nos avertissements (gratuit pour les agriculteurs) : inscription ici

Le prochain avertissement est prévu pour le 27 mars après-midi.

23 Mar 2017

Variétés – Escourgeon

Fiches variétales établies sur base de la compilation des résultats des essais variétaux réalisés par le CRA-W, Gembloux Agro-Bio Tech - Université de Liège et le CARAH.

22 Mar 2017

Réseau des essais variétaux – Escourgeon

La caractérisation des variétés d’orge présentée dans cette rubrique est réalisée par des expérimentateurs belges appartenant à différentes institutions publiques. Chaque année, 3 partenaires s’associent et mettent en commun leurs essais afin de fournir une information fiable et coordonnée aux agriculteurs. Il s’agit du CRA-W, de Gembloux Agro-BioTech, et du CARAH. Ces 3 partenaires se partagent l’évaluation des variétés selon une distribution géographique des essais classiques et par la mise en place d’essais particuliers visant à mettre en évidence des aptitudes difficilement observables dans ces essais classiques.

 

Répartition des essais classiques

CRA-W Gbx Agro-BioTech CARAH
Essais de résistance au froid Essai Variétés brassicoles Essais itinéraires culturaux
Essais Jaunisse nanisante Essais itinéraires culturaux
Essais itinéraires culturaux      
     
22 Août 2016

Densité de semis

La densité de semis des céréales

La densité de semis est égale au nombre de grains semés par mètre carré. Elle peut aussi s'exprimer en kg de semences/ha mais cette seconde unité est variable d'une année à l'autre selon le poids des grains (exprimé en poids de 1000 grains (PMG)).

La densité de semis est fonction de la culture implantée, de la date de semis, du type de variété (lignée ou hybride), des conditions de semis et du type de sol. La densité du semis a une influence sur le développement de la culture et sur le coût de son implantation. L'adaptation de la densité de semis est donc un des leviers pour assurer du bon développement de la culture et gérer le coût de reviens de celle-ci.


Froment d'hiver

Adaptation de la densité de semis

Pour exprimer pleinement son potentiel de rendement, il faut que la culture utilise efficacement les ressources mises à sa disposition : lumière, eau, éléments nutritifs (en particulier l'azote). Cette optimisation physiologique au niveau de la plante individuelle exige que la densité de population de la culture soit modérée (400-500 épis/m²). En effet, lorsque la densité est trop élevée, il y a concurrence pour la lumière, et le rendement photosynthétique en est affecté.

Avec les variétés récentes, l'accroissement du potentiel de rendement provient principalement de l'amélioration de la fertilité des épis. Cette caractéristique intéressante ne peut pas s'exprimer lorsque la concurrence entre tiges est trop forte.

Par ailleurs, un semis trop dense entraine une dépense supplémentaire en semences, un trop grand nombre de tiges favorisant la sensibilité à la verse et le développement des maladies cryptogamiques. Indirectement, un semis trop dense risque donc d'accroître le coût de la protection phytosanitaire.

L'objectif est d'obtenir une population d'environ 150 à 200 plantes par m² à la sortie de l'hiver pour les semis précoces et normaux et 200 à 250 plantes par m² pour les semis tardifs.

Au-delà de 250 plantes, quelles que soient les itinéraires de culture mis en œuvre, les rende­ments ne s’accroissent plus et peuvent même fléchir. Ils sont en tout cas plus coûteux à obte­nir.

En deçà de 150 plantes, les rendements peuvent encore régulièrement se situer très près de l'optimum. Dans les semis précoces, ou à date normale, la population peut même descendre à près de 100 plantes par m² sans pertes significatives de rendement pour autant qu'elle soit régulière.

Densités de semis recommandées

La densité de semis en froment d'hiver doit être adaptée en fonction :

  • de la date de semis : dans nos régions, pour un semis réalisé en bonnes conditions de sol, les densités de semis recommandées selon l'époque de semis sont reprises dans le Tableau 1 ;

Tableau 1 – Densité de semis en fonction de la date de semis.

Dates Densités en grains/m²
01 - 20 octobre 200 - 250
20 - 30 octobre 250 - 300
01 - 10 novembre 300 - 350
10 - 30 novembre 350 - 400
01 - 31 décembre 400 - 450
31 déc. - 28 février 400
  • de la préparation du sol et des conditions climatiques qui suivent le semis: pour des semis réalisés dans des condi­tions « limites » (temps peu sûr, longue pé­riode plu­vieuse avant le semis, ...), elles peuvent être majorées de 10 %. Au contraire, lorsque les conditions de sol et de climat sont idéales, elles peuvent être réduites de 10 à 20 % ;
  • du type de sol : dans des terres plus froides, plus humi­des, plus argileuses, voire très difficiles (Polders, Condroz), ces densités doivent être majorées de 20 à 50 grains/m².


Escourgeon et orge d'hiver

En conditions normales, la densité de semis de l'escourgeon doit être d'environ 170 à 200 grains/m² soit 70 à 110 kg/ha. Pour les variétés hybrides, la densité de semis recommandée est de 125 à 170 grains/m².

La densité de semis doit être augmentée lorsque le semis est réalisé :

  • dans de mauvaises conditions climatiques;
  • dans des terres mal préparées;
  • dans des terres froides (Condroz, Famenne, Polders, Ardennes);
  • tardivement.

Cet accroissement doit être modéré et, en aucun cas, la densité de semis ne dépas­sera un maximum de 250 grains/m² (soit 100 à 140 kg de semences selon le poids de 1.000 grains).

Si les conditions climatiques sont trop défavorables ou si le semis est trop tardif, il est préférable de s’abstenir de semer de l’escourgeon ou de l'orge d’hiver, même à plus forte densité (250 grains/m²). Il sera plus sage de remplacer l’orge d’hiver par du froment, de l’orge de printemps, ou le cas échéant par des pois protéagineux.

Des essais menés de 2012 à 2015 se sont intéressé à la réduction de la densité de semis pour des variétés d'escourgeons lignées et hybrides. Les résultats ont permis de conclure que réduire de 25 % la dose conseil (225 grains/m²) est dans la plupart des cas envisageable sans prendre trop de risques. Des essais menés sur orge de printemps ont aboutis à la même conclusion.



Autres céréales

Epeautre

Les densités de semis recommandées en épeautre sont de 250 à 350 grains/m² en sols limoneux (selon la date de semis ) et de 325 grains/m² en sols froids.

Seigle et triticale

Les densités de semis recommandées pour le seigle et le triticale sont de 200 à 250 grains/m², comme un froment semé au mois d'octobre.

Froment de printemps

La densité de semis recommandée en froment de printemps est de 300 à 350 grains/m².

Orge et avoine de printemps

En conditions normales, la densité de semis conseillée en orge et avoine de printemps est de 250 grains/m² et ne peut pas descendre en dessous de 175 grains/m². Une densité de semis trop basse risquerait en effet de pénaliser fortement les cultures qui n'ont pas la même capacité de tallage que les cultures d'hiver.

Dans des semis très tardifs des orges de printemps, après la mi-avril, la densité de semis doit être augmentée pour atteindre 350 grains/m² ce qui permet de compenser la réduction de la période de tallage. Pour l’avoine de printemps, la densité de semis peut être augmentée jusqu’à 400 grains/m² en conditions froides.


Remarques générales

Une densité de semis renforcée ne peut pallier ni une mauvaise préparation du sol, ni une faible qualité de la semence.

  • La qualité des semences est primordiale. Les densités de semis préconisées ne sont, bien sûr, valables que pour des semences convenablement désinfectées dont le pouvoir et l'énergie germinative sont excellents. Pour des lots de semences à moins bonne énergie germinative (semences de l’année précédente, semences fermières en année avec mauvais Hagberg), les densités doivent être adaptées en fonction du pouvoir germinatif;
  • Ces densités de semis sont données en grains/m² et non en kg/ha parce que sui­vant l'année, la variété, les lots de semences, le poids des grains peut varier assez sensiblement. Semer à 115 kg/ha équivaut, suivant le cas, à semer de 225 grains/m² à 300 grains/m² ainsi que l'illustre le Tableau 2;
  • Pour les variétés hybrides, les normes recommandées doivent être réduites de 30 à 40 % quelle que soit l’époque de semis.

Tableau 2 – Quantités de semences en kg/ha nécessaires pour une densité donnée en fonction du poids de 1.000 grains (PMG) exprimé en grammes.

PMG (g) Densité en grains/m²
175 200 225 250 275 300 325 350 375 400 425 450
40 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180
42 74 84 95 105 116 126 137 147 158 168 179 189
44 77 88 99 110 121 132 143 154 165 176 187 198
46 81 92 104 115 127 138 150 161 173 184 196 207
48 84 96 108 120 132 144 156 168 180 192 204 216
50 88 100 112 125 137 150 162 175 187 200 212 225
52 91 104 117 130 143 156 169 182 195 208 221 234
54 95 108 122 135 149 162 176 189 203 216 230 243
56 98 112 126 140 154 168 182 196 210 224 238 252
22 Août 2016

Date de semis

Dates de semis recommandées

La date de semis recommandée est fonction de la culture considérée. Elle est basée sur les besoins de la plante pour réaliser son développement.

La date de semis réelle de la culture devra tenir compte des conditions de la parcelle au moment de l'implantation. Lorsqu'un travail du sol correct n'est pas possible, il est préférable de reporter l'emblavement de quelques jours, voire de quelques semaines et d'attendre que la préparation du sol et le semis puissent être effectués dans de meilleures conditions.  Le retard éventuel du développement de la végétation sera rapidement compensé par de bien meilleures possibilités de croissance de la culture.

Le respect de la date de semis recommandée est important pour permettre à la culture d'exprimer son potentiel de rendement et réduire les coûts liés à la protection de la culture.

 


Céréales d'hiver

Les céréales d'hiver regroupent les cultures de céréales ayant besoin de subir une longue période avec des températures basses pour pouvoir réaliser leur développement. Ce processus physiologique appelé vernalisation va permettre à la plante de former ses épis. Afin de remplir ce besoin de vernalisation, les cultures de céréales d'hiver sont implantées à l'automne. Grâce à leur capacité de résister au froid, ces cultures ne craignent pas le gel.

 

Froment d'hiver

En froment, les semis effectués entre le 15 octobre et le début du mois de novembre constituent le meilleur compromis entre le potentiel de rendement et les risques culturaux.

Dans les conditions agro-climatiques rencontrées en Belgique, le froment d'hiver peut être semé de la première semaine d'octobre jusqu'à la fin décembre, voire même jusqu'en février.

  • Les semis très précoces (avant le 10 octobre) présentent quelques désavantages et entraînent souvent un accroissement des coûts de protection
  • Les semis tardifs (après le 15 novembre), inévitables après certains précédents culturaux, sont plus difficiles à réussir parce que :
  • l'humidité généralement importante du sol ne permet pas une préparation soignée
  • les conditions climatiques, notamment les températures basses, allongent la durée de levée et en réduisent le pourcentage

Selon la date de semis, la densité de semis  de la culture de froment d'hiver devra être adaptée.

Dans un essai réalisé à Gembloux chaque année depuis 2002, on observe qu’en règle générale, le rendement est légèrement plus élevé pour les semis réalisés en début de saison culturale. Ceci ne justifie cependant pas des semis avant la mi-octobre qui pourraient entrainer une hausse des coûts de protection de la culture vis-à-vis des adventices, des maladies et de la verse.


Escourgeon et orge d'hiver

En escourgeon, la période la plus favorable pour le semis se situe de fin septembre à début octobre.

Une date de semis plus précoce ne se justifie pas car elle risque d’entrainer un tallage excessif en sortie d’hiver, des attaques fongiques dès l'automne, des risques plus élevés de transmissions de viroses par les pucerons, un développement plus important des adventices et une sensibilité accrue au gel.

Lors d'un semis plus tardif, la levée est plus lente et peut demander 15 à 20 jours.  Il se peut alors que l'hiver survienne avant que la culture n'ait atteint le stade tallage. Une moins bonne résistance au froid est alors à craindre. A cet inconvénient s'ajoute une réduction de la période consacrée au développement végétatif et génératif avec comme conséquence éventuelle une culture trop claire.

 

Autres céréales d'hiver

L'épeautre, le seigle et le triticale ont un cycle de développement proche du froment d'hiver. L'épeautre peut être implanté de mi-octobre jusqu'au mois de décembre si les conditions climatiques le permettent. Les cultures de seigle et de triticale sont implantées dans le courant du mois d'octobre, de préférence début octobre pour le seigle.


Céréales de printemps

Les céréales de printemps regroupent les cultures de céréales avec un faible besoin de vernalisation. Pour ces cultures, les températures basses rencontrées au printemps suffisent à remplir les besoin de la plante pour enclencher la formation de ses épis. Ces cultures de printemps peuvent également avoir une sensibilité au froid accrue par rapport aux cultures d'hiver .

 

Froment de printemps

Le froment de printemps peut être semé dès le mois de février et jusqu’au début du mois d’avril. Les froments dit alternatifs, qui peuvent être implanté aussi bien à l’automne qu’au printemps, peuvent également être semés à cette période de l’année.

 

Orge de printemps

La date idéale pour le semis de l’orge de printemps se situe autour du 15 mars. Un semis plus hâtif (à partir de mi-février) ne se justifie que dans de très bonnes conditions de ressuyage et d’ensoleillement.

 

Avoine de printemps

La période optimale d’implantation de l’avoine de printemps est comprise entre mi-février et début avril.

 


L'importance du choix de la date de semis

Lorsque les conditions de sol sont bonnes pour les semis, la tentation est souvent grande de commencer les semis trop tôt, avant la date recommandée pour les céréales. Cependant, semer trop tôt, c’est mettre sa culture en danger. En effet, avancer la date de semis expose la culture à un certain nombre de risques qui peuvent mener à une augmentation des coûts de protection de la culture et à une diminution du potentiel de rendement:

Risque de transmission et de développement de maladies : un laps de temps trop court entre la récolte d’une céréale et le semis de la céréale suivante augmente le risque de contamination dès l’automne par des maladies cryptogamiques telles que le piétin verse, la septoriose et la rouille jaune présentes sur les résidus et les repousses. De plus, un semis précoce augmente potentiellement le nombre de cycles de développement des pathogènes, les premiers cycles pouvant dès lors avoir lieu en automne.

Risque d’enherbement de la parcelle : avancer la date de semis, c’est offrir de bonnes conditions au développement des adventices. Des essais menés par Gembloux Agro-Bio Tech, Université de liège, et le CRA-W de 2009 à 2013 ont très clairement mis en évidence qu’un report de la date de semis du froment d’hiver d’une quinzaine de jours permet de réduire fortement la pression des vulpins et des jouets du vent sur la culture.

Risque de gel et de verse : semer plus tôt que la date recommandée entraine une croissance plus importante de la culture avant l’hiver. Elle peut ainsi atteindre un stade de développement trop avancé qui ne lui permettra pas de résister au gel. Semée plus tôt, la culture va aussi produire un plus grand nombre de talles qui conduiront à une végétation plus dense au printemps et à un risque de verse fortement accru. Une végétation trop drue crée un microclimat plus humide favorable au développement des maladies fongiques.

Risque de transmission de viroses : le mois de septembre et le début du mois d’octobre sont la période des vols de pucerons qui peuvent transmettre le virus de la jaunisse nanisante. Semer plus tôt équivaut donc à exposer plus longtemps la culture aux insectes et donc au virus.  Si le risque est connu en escourgeon et demande chaque année d’être vigilant, il peut très bien être évité en froment en retardant légèrement la date de semis. Semer les escourgeons à partir de la fin du mois de septembre et les froments après la mi-octobre permet généralement d’éviter de faire 2 traitements insecticides sur les escourgeons et tout traitement insecticide sur les froments.